Plus d’articles

Le Taux De Rebond Sur Google Analytics : Le Comprendre, L’améliorer

S’il ne fallait retenir qu’un service proposé par Google Analytics, n°1 des outils d’analyse de fréquentation de sites internet, le taux de rebond serait peut-être celui-là. C’est une donnée essentielle, qui permet d’optimiser le nombre de visiteurs d’une page internet. Le taux de rebond correspond au pourcentage de lecteurs qui quittent un site internet après en avoir lu une page… En clair, si ce pourcentage est élevé (au-delà de 60 ou 80%, selon les sources), cela pourrait signifier qu’un site a un potentiel d’évasion fort, et de fait, ne parvient pas à conquérir son auditoire.
Pour y remédier, et faire rester les visiteurs sur une page internet, plusieurs pistes demeurent. On incite à proposer, à la fin de chaque page et sur la barre latérale, des articles connexes pour aiguiller les internautes vers des liens internes. Seconde piste également proposée : réduire le nombre de liens externes présents, juste pour tester le temps d’une semaine et voir si cela impacte la fréquentation (dans le cas contraire, c’est que les internautes quittent une page en entrant une autre demande dans la barre de recherche du navigateur, ce qui signifie qu’ils ne se contentent pas du contenu de votre page). Troisième piste : observez le temps de chargement de votre page sur les différents navigateurs. Il se peut que certaines fonctionnalités du site soient longues à charger ou n’apparaissent pas de la même manière sur Mozilla Firefox, Internet Explorer et Google Chrome. Dans ce cas, il s’agit d’un problème technique.

Si au bout de quelques semaines, on ne voit pas les résultats de ces mesures, il faut se demander si le site est bien positionné, s’il correspond aux attentes des internautes ou n’est pas rédigé de façon si maladroite qu’il incite à fuir à votre simple lecture…! Malheureusement, lorsqu’un site est mal positionné, Google Analytics n’est d’aucun recours.

Twitter et webmarketing

Twitter, 2ème réseau social au monde, mérite l’attention des e-créateurs. En webmarketing, c’est de loin l’un des intermédiaires les plus performants. Les adeptes de Tweeter sont avides de conseils pour booster leur compte : « quel nombre de caractères et quelle fréquence des tweets privilégier ? », « Quel ton adopter ? », « comment attirer à soi et susciter l’attention de sa liste de followers ? ». Optimiser encore les possibilités du réseau social et réussir ses tweets passe par plusieurs astuces simples d’application, approuvées par plusieurs études d’impact web.

Construire des tweets bien bâtis

D’une à cinq lignes, vos tweets doivent avant tout donner envie de les lire. Ni trop long ni trop court, le bon tweet contient 120 à 130 caractères – une norme établie par Hubspot en décembre 2011 – et contient des verbes d’action prompts à faire réagir le lecteur. Autre élément important, n’hésitez pas à inclure des liens dans certaines de vos publications, mais pas plus d’un lien à la fois car il ne faut pas noyer vos followers sous l’information. Si vous voulez être suivi, Hubspot préconise de les placer à environ 20% du début du tweet. Enfin, sachez que la présence des caractères @ et via, propres au langage Twitter, favoriserait la réception du tweet.

Privilégier la qualité

Tous les experts en webmarketing vous le diront : la qualité de vos publications est gage de réussite. Soignez l’orthographe et la syntaxe, construisez des phrases simples pour ne pas ne pas perdre le lecteur. Soyez positifs en toutes circonstances. Pour donner une bonne image de soi, rien ne vaut une écriture positive. Mr. Sunshine, emprunt de bonne humeur pour tous ses followers, c’est vous !

Choisir son heure pour tweeter

Twitter, c’est aussi l’imprévisibilité des tweets. Si personne ne vous demande de faire des posts réguliers, retenez simplement que certaines heures, moments de la journée ou de la semaine sont propices à la lecture. A quels instants êtes-vous le plus susceptible d’être lu ? Si vous répondez en soirée et du jeudi au dimanche, vous avez gagné ! Privilégiez ces heures pour tweeter. Et gardez à l’esprit que rien ne vaut des tweets réguliers… mais pas trop ! Au-delà de deux tweets par heure, vos followers risqueraient de ne pas tenir le rythme… En dessous de deux publications hebdomadaires, vous risqueriez au contraire de les désintéresser et réduire votre impact. Trouvez le juste milieu.

Établir le contact avec ses followers

Avec ses followers comme ses amis proches, l’important est de rester en contact. A vous de créer le lien, de connaître un peu vos abonnés, les comprendre. En ciblant leurs goûts et leurs attentes, vous avez toutes les chances de frapper juste et d’attirer leur attention. Et là, on ne parle plus uniquement des tweets. Construire le contact avec les followers, cela peut signifier établir des ponts en-dehors des publications formelles, par l’un ou l’autre message adressé personnellement. Ainsi, vous vous montrez humain et non comme un simple « robot à tweets ». Vous leur prouvez que vous pouvez vous intéresser à eux en retour de l’attention qu’ils portent à vos tweets.

PLV : les nouveaux présentoirs Casio, les catalogues 3D d’Ikea, la boutique éphémère JAQK

Les nouveaux présentoirs Casio

Afin d’augmenter sa visibilité en grande surface, Casio a décidé de ne plus se contenter d’une simple mise en rayon de ses articles. En effet, le fabricant de produits électroniques lance deux nouveaux prêts-à-vendre : des présentoirs pour deux de ses modèles d’appareils photo compacts de la gamme Exilim…

Lire l’article : Casio investit dans la PLV

 

Les catalogues 3D d’Ikea

La célèbre chaîne de magasins Ikea se met à la réalité augmentée, et ce pour ses prochains catalogues. En effet, le 31 juillet Ikea a sorti une application qui sert de complément à ses catalogues et vous permet de profiter de vues 3D interactives.

Lire l’article : Ikea se met à la réalité augmentée

Les boutiques éphémères JAQK

Dans une interview accordée à MadeInPoker, le dirigeant de JAQK (une marque de vêtements basée sur l’univers du poker) explique : « C’est la troisième fois que nous faisons une boutique éphémère, chacune de ses ventes est un vrai succès à chaque fois. Nous la faisons dans les locaux de JAQK, à proximité de la salle poker, le lieu fondateur de la marque « …

Lire l’article : JAQK vous présente son concept store !

La borne multimédia

La borne multimédia ou borne interactive est un meuble qui comprend un écran LCD tactile ou non tactile, une carte mémoire ou un PC embarqué, le tout intégré dans un meuble aux lignes harmonieuses soit discrètes soit volontairement très visibles.

La borne interactive est un instrument que l’on peut retrouver aussi bien dans un établissement culturel de type musée ou lors d’une exposition que dans un centre commercial. L’efficacité de la borne multimédia tient à son système d’exploitation, à sa simplicité d’emploi, à la solidité de sa construction, à la pérennité de sa conception.

Borne multimedia

Dans un monde de communication ou la vitesse de l’information est une prime à son utilisateur, la borne multimédia ou borne interactive vous donne la possiblité de varier votre arsenal d’outils de communication, d’instruments de PLV. Sa simplicité d’installation et de fonctionnement, sa puissance de traitement et son évolutivité font de la borne interactive ou borne multimédia un outil de communication qu’il convient de posséder.

La 4G – de la communication à la publicité : l’outil

La 4G, présentation.

La 4G est la prochaine norme concernant la téléphonie portable. Il y a eu la 2G, le réseau Edge, la 3G et 3G+, le réseau UMTS et maintenant la 4G avec le LTE. Retenez bien ce terme car il va bientôt devenir indissociable du vocabulaire de votre portable. Une norme qui vous permettra d’avoir accès à l’internet haut débit dans votre poche.

La 4G, explications concrètes.

Le haut débit dans la poche, ça veut dire quoi ? Pour faire simple, votre ordinateur de salon reçoit internet via votre box pour un débit compris entre 10 et 20Mo/S si vous avez accès à l’ADSL et de l’ordre de 30 à 40 Mo/s si vous avez accès à la fibre optique. Cela vous permet de réaliser généralement ce que vous voulez avec internet sans subit un délai excessif. Rien de comparable avec votre téléphone portable. Or la 4G, c’est justement un débit similaire à la fibre et le tout dans votre poche. A titre d’exemple, admettons que vous vouliez télécharger un album de musique soit environ 50 Mo. Avec votre réseau 3G classique, vous comptez une vingtaine de minutes. Réduisez le tout à 75 secondes seulement avec la 3G+, et à moins de 10 secondes avec la 4G. Alors, bien sûr, vous ne passez pas votre vie à télécharger des albums de musique lorsque vous êtes à l’extérieur de chez vous.  Toutefois, cet exemple est là pour vous illustrer le fossé séparant les 2 technologies. Cela signifie surtout que ce débit ouvrira la porte à de nouvelles façons de consommer internet.

4G Eclipse 16

La 4G, historique rapide.

Fin 2011, l’ARCEP, l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes, annonce officiellement la répartition des fréquences entre les 3 grands opérateurs : Bouygues, Orange et SFR. Sans entrer dans des considérations techniques, les fréquences ont été sélectionné de façon à pouvoir avoir une meilleure répartition du territoire avec des fréquences longues portée adaptées aux zones rurales et des fréquences moins longues portée mais permettant de couvrir des réseaux plus denses comme dans les zones urbaines.  A l’heure actuelle, les premiers déploiements grandeur nature ont commencé à l’été 2012. Marseille avec Orange, Lyon avec Bouygues sont les deux premières villes françaises à réaliser des tests in situ de la 4 G. Même si le réseau n’en est qu’à ses débuts, les promesses techniques semblent être à la hauteur bien que les essais soient toutefois réalisés avec un faible taux d’équipement. Une phase de test qui prépare le lancement de la 4G qui débutera dans l’année 2013. Il s’agira bien sûr d’une transition de longue durée dans le temps qui débutera dans les plus grandes villes de France, à l’exception de Paris dont la réglementation concernant les antennes relais va poser des problèmes pour le déploiement du réseau.

La 4G et les antennes relais.

Toute la problématique du déploiement du réseau 4G tient dans l’installation des antennes. En effet, il va être nécessaire de mettre en place de nouveaux relais en plus de ceux déjà existants afin de couvrir le type d’émission que produisent les antennes. Or elles sont soumises à une réglementation stricte concernant leur emplacement vis-à-vis de la quantité d’ondes auxquelles elles exposent les habitations les plus proches. Et les installations traditionnelles ne peuvent bien sûr pas encore être démantelées. Seules aujourd’hui les antennes reliées par la fibre optique sont aptes à passer à la 4G. Si ces considérations techniques sont, finalement, les problèmes des fournisseurs de téléphonie d’un point de vue technique, d’un point de vue financier c’est le consommateur qui, le premier, sera impacté. Couvrir, à nouveau, la France d’antennes relais destinera, à ses débuts au moins, le réseau 4G aux forfaits les plus complets. Le temps nous dira si le prix sera justifié par la qualité du service.

pny sandisk 4G sd sdhc memory cardsLa 4G et les smartphones.

Surfer à toute vitesse sur son téléphone, regarder la TV HD en direct ou charger de n’importe où des fichiers volumineux sans contraintes de temps, c’est ce que nous promet la 4G. Mais tout cela ne reste que théorique si les smartphones ne suivent pas l’évolution. Aujourd’hui, bien peu de téléphones sont prêts pour la 4G. Le seul ayant réussi à percer auprès du public, c’est le récent Samsung Galaxy SIII. Pour être apte à recevoir la 4G, il faut l’équipement technique du téléphone en matière de modem, et des spécificités qui prennent leur pleine mesure avec un internet haut débit. L’Iphone est équipé d’un écran Rétina, un Super Amoled HD pour les Samsung,  des écrans HD très haut de gamme dont il faut profiter. De plus en plus de téléphones fonctionnent en Quad Core (avec 4 cœurs, 4 micro processeurs) pour faire tourner plusieurs applications lourdes en même temps. Technologiquement performant, c’est dans leur concept même que les téléphones vont devoir évoluer pour entrer dans une nouvelle génération, à l’instar du réseau. Cette nécessaire évolution ne pourra se faire qu’au travers du Cloud. Le Cloud, c’est un terme récent en informatique dans lequel on inclue plein d’éléments mais que l’on pourrait définir comme la dématérialisation des logiciels de travail et la sauvegarde externalisée de vos documents. Des fonctionnalités qui commencent à exister avec les ordinateurs de bureau et qui sont encore très limités pour les portables, la faute à un réseau trop lent.  Partager à plusieurs et à distance vos documents, c’est un peu la philosophie du Cloud qui sera l’évolution à laquelle n’échapperont pas les prochains smartphones qui devront, pour le coup, repenser complétement leur structure. Le Galaxy SIII, sans faire publicité d’aucune sorte, tend vers cet objectif en proposant un grand nombre de fonctionnalités de partage au sein même des applications comme le fait, par exemple, de « taguer » une personne sur une photo pour la partager instantanément. Ces innovations, gourmandes en bande passante, ne prendront leur pleine mesure qu’avec l’extension du réseau 4G.

La 4G et les tablettes.

Le monde des tablettes n’est aujourd’hui pas encore prêt pour accueillir la 4G. Il ne fait toutefois aucun doute que c’est ce support qui verra les changements les plus notoires. Tout d’abord parce que les écrans se prêtent mieux à la vidéo HD même si ceux des smartphones sont d’une résolution équivalente, leur taille les rend bien plus confortable. Si aujourd’hui l’accès à internet  se fait principalement par le biais des applications, la donne risque d’être fortement modifiée avec l’utilisation nomade d’internet aussi rapide qu’à la maison. Or, la tablette est à tout point de vue bien plus pratique que le smartphone de par la taille de l’écran. Au-delà de toute la partie navigation, c’est tout ce qui est lié à la vidéo, à la musique en streaming qui gagnera grandement en confort.

Les futures applications de la 4G.

La 4G, c’est une accélération très nette du débit pour internet. Voyons donc plus précisément ce que cette vitesse va changer dans notre rapport à la Toile outre le gain de souplesse et de rapidité.  La 4G va amener sur le devant de la scène le Cloud Gaming. Sous ce nom énigmatique se cache en fait la prochaine révolution du jeu vidéo. Jusqu’à aujourd’hui, vous deviez acheter un ordinateur ou une console, une manette de jeu et le jeu lui-même. Demain, avec le Cloud Gaming, plus besoin de ces lourds investissements. Une simple machine comme une tablette suffira. Vous achetez un abonnement, une sorte de droit d’accès au jeu mais rien de physique. Le jeu sera stocké sur un serveur quelque part dans le monde et votre tablette n’aura rien à faire. Ainsi, lorsque vous allez appuyer sur la zone tactile qui permet au personnage de sauter un obstacle, la commande va être envoyée à l’autre bout du monde, l’image qui résulte de votre action est créée puis renvoyée sur votre terminal. Le tout sans délai de latence, dans la plus parfaite fluidité. A terme, ce principe très économique au niveau de l’achat de matériel permettra de s’adonner à des jeux aux graphismes bien supérieurs à celle des machines de salon. On a vu plus tôt le Cloud computing. Si aujourd’hui modifier un fichier texte est gérable avec Google docs à distance, la réalité s’avère plus difficile avec des fichiers plus conséquents : soit vous devez être à proximité d’une connexion wifi, soit avoir du temps devant vous. Au-delà de l’application professionnelle, le réseau 4G va résoudre les problèmes de stockage. Qui n’a jamais pesté parce qu’il lui manquait de la place pour ajouter un film, une série de photos… Problème résolu dans le sens où le chargement de votre vidéo se fera plus rapidement que la vitesse de visionnage. Un accès permanent et rapide à plus de musique, de films, de logiciels que vous ne pourriez en stocker sur votre tablette ! Certes, l’accès aux sites de streaming ou à la VOD n’est pas une nouveauté mais ce sont leurs visages qui vont complètement changer.

4G Huddle & Huddle XS

Évolution du monde informatique.

C’est en fait tout notre rapport à l’informatique qui va évoluer avec le réseau 4G. Aujourd’hui, avec des débits de 30 à 40 mo/s, des débits qui augmenteront avec les améliorations du réseau qui sont déjà en cœurs de développement, c’est l’ordinateur de salon qui est sur la touche. Il a toujours trôné, au salon comme au bureau, comme la seule machine véritablement efficace pour travailler et pour avoir accès efficacement à internet. Or ce postulat ne tient plus debout si des tablettes performantes permettent l’accès, n’importe où, à un internet suffisamment rapide pour y faire ce que l’on veut. Votre bureau informatique vous suit n’importe où, la console la plus performante possible vous permet de jouer en ligne sans vous avoir coûté, votre téléviseur HD tient dans une sacoche et votre collection de centaine de milliers d’albums traîne dans un coin de votre disque dur virtuel. Tout cela donne une simple dalle informatique d’une dizaine de pouces de diagonal. Alors même si vous utilisez votre vieux PC de salon pour faire du montage vidéo ou de la retouche photo, soyez sûr que bientôt non seulement vous aurez accès aux meilleurs programmes via le Cloud Computing, mais vous profiterez à tout instant du réseau social correspondant à vote activité favorite pour mieux vous perfectionner.

Internet n’est pas encore mobile. Il le devient avec la 3G+ qui lui permet de nous suivre sur notre smartphone et notre tablette de façon relativement efficace. Mais sans remplacer encore notre box internet. La 4G et son haut débit mobile va radicalement faire évoluer notre rapport à l’informatique. Si rien de cela n’est de la science-fiction, le réseau n’est pas encore opérationnel et les fournisseurs réfléchissent encore aux différentes gammes de produits qui nous ouvriront les portes de la 4G. Mais la bataille est lancée sur tous les fronts et la guerre sera féroce.