« High-tech » et retour aux sources

La technologie s’affole en offrant des gadgets de plus en plus perfectionnés « high-tech » dont le monde entier devient dépendant. Les enfants n’ont jamais vu de flamme et le feu n’est qu’une notion pour eux. Les vaches sont nourries avec des éléments à base de vache et font des veaux qui n’ont jamais été éclairés par la lumière du jour. Il est temps de faire un petit retour aux sources. Il est temps de nous recentrer sur ce que nous sommes : des êtres de chair et de sang.

 High-tech seulement ?

Jacques Massacrier a écrit, en 1973, un chef-d’œuvre, Savoir revivre, publié aux éditions Albin Michel et disponible en téléchargement libre. Déjà, à cette époque-là, il s’était rendu compte que l’humanité prenait un chemin qui pervertissait sa propre nature. Naïvement, il propose, dans ce livre, d’apprendre à revivre sans tout le confort et les facilités que nous offrent l’électricité, les grandes surfaces, les médicaments… Certains diront que c’est le chemin normal de l’évolution et que ce serait une mentalité rétrograde de vouloir faire un retour en arrière puisque, consciemment ou non, le mal est fait.

Cet article n’est pas destiné à renier tous nos acquis et à nous faire revenir à l’âge de pierre. Non, il s’agit de nous faire prendre conscience, d’une aussi infime manière que ce soit, du superflu dont nous pourrions nous passer ou de le remplacer par des produits tout aussi efficaces mais dont les répercussions quant à leur production, leur consommation et leurs résidus sont amoindries voire éliminées. Profitons de la vie et de tous les plaisirs qu’elle peut nous offrir, et autant que faire se peut, évitons de scier la branche sur laquelle nous sommes assis.

Oui, le livre de Jacques Massacrier est très naïf. Mais il propose un grand nombre d’idées intéressantes à adapter à notre quotidien. On y trouve par exemple un grand éventail de remèdes de grand-mères sur la fabrication de cosmétiques bio, sur la confection de détergents non-agressifs et non-polluants ou encore un rappel des méthodes naturelles de contraception. Un grand chapitre y est consacré à la médecine douce notamment via le yoga et les massages. Des rappels sur le principe de l’alimentation équilibrée et des effets bienfaisants des tisanes sont détaillés.

Profitons du savoir qui nous est divulgué clairement et simplement dans ce livre. Sans être écolo échevelé ni parano sur tous les dangers que nous encourons au quotidien, prenons conscience de la fragilité de notre monde. Participons à sa sauvegarde. Quitte à aimer la vie, autant la prolonger en ne nous autodétruisant pas.

NJEA Convention 2011 - high tech

photo by: kjarrett

  8 comments for “« High-tech » et retour aux sources

  1. 9 décembre 2013 at 23 h 40 min

    L’Homme s’obstine à inventer l’Enfer dans un monde paradisiaque.

  2. 9 décembre 2013 at 23 h 41 min

    Allons plutôt réapprendre à vivre en se passant du produit de ces industries et retrouvons au contact de la nature les bases d’une véritable échelle des valeurs, devant le merveilleux équilibre biologique nous pourrons mesurer l’immensité du désordre de notre société.

  3. 9 décembre 2013 at 23 h 44 min

    Allons plutôt réapprendre à vivre en se passant du produit de ces industries et retrouvons au contact de la nature les bases d’une véritable échelle des valeurs, devant le merveilleux équilibre biologique nous pourrons mesurer l’immensité du désordre de notre société

  4. 9 décembre 2013 at 23 h 51 min

    je pense qu’il s’agit de trouver un équilibre entre les choses dont on a besoin et celles qui nous semblent superflues

  5. 9 décembre 2013 at 23 h 54 min

    C’est un ouvrage très recherché et c’est un plaisir : multitude de conseils pratiques (souvent de bon sens, mais c’est bien ce dont on manque de nos jours) et de vie quotidienne à la campagne nous sont offerts par l’auteur.

  6. 10 décembre 2013 at 0 h 01 min

    J’avais entendu beaucoup d’éloges flatteurs pour ce livre qui est décrit comme une « référence » dans le domaine de l’autonomie totale. Merci à Jacques Massacrier pour ce guide plein de coeur.

  7. 10 décembre 2013 at 0 h 18 min

    Il faut peut-être distinquer notre rapport à la science et à la technologie (compréhension, savoir) de l’usage réel.

  8. 10 décembre 2013 at 0 h 22 min

    je vois que chacun peut vivre comme il l’entend, entouré ou non de technologies. Du moment que sa vie se passe comme il le veut et qu’il est heureux ainsi, c’est le principal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.