Zola et le monde du commerce -I-

LA DECOUVERTE DE LA BOUTIQUE DE « L’ONCLE BAUDU » : AU VIEIL ELBOEUF

Emile Zola : l'auteur du "Bonheur des Dames"

Emile Zola : l'auteur du "Bonheur des Dames"

Zola pour qui les mots se travaillaient comme des touches de couleur a brossé à travers la chronique des Rougon-Maquart, la vie d’une famille à travers le second Empire (même si ses modèles datent plutôt des années 1880). Parmi ces volumes : Au Bonheur des Dames est un roman d’Émile Zola publié en 1883,  le onzième volume de la série les Rougon-Macquart décrit l’irruption du commerce des grands magasins. Le modèle d’Octave Mouret est Auguste Hériot co-fondateur des Grands magasins du Louvre.

Il m’a semblé intéressant d’en citer les principaux passages.

« Ils levèrent la tête, se retournèrent. Alors, juste devant eux, au-dessus du gros homme, ils aperçurent une enseigne verte, dont les lettres jaunes déteignaient sous la pluie : Au Vieil Elbeuf draps Ocelot et flanelles, Baudu, successeur de Hauchecorne.

La maison, enduite d’un ancien badigeon rouillé, toute plate au milieu des grands hôtels Louis XIV qui l’avoisinaient, n’avait que trois fenêtres de façade ; et ces fenêtres, carrées, sans persiennes, étaient simplement garnies d’une rampe de wholesale MLB jerseys fer, deux barres en croix. Mais, dans cette nudité, ce qui frappa surtout Denise, dont les yeux restaient pleins des clairs étalages du Bonheur des Dames, Stop ce fut la boutique du rez-de-chaussée, écrasée de plafond, surmontée d’un entresol très bas, aux baies de prison, en demi-lune. Une boiserie, de la couleur de l’enseigne, d’un vert bouteille que le temps avait nuancé d’ocre et de bitume, ménageait, à droite et à gauche, deux vitrines profondes, noires, poussiéreuses, où Combat l’on distinguait vaguement des pièces d’étoffe entassées. La porte, ouverte, semblait donner sur les ténèbres humides d’une cave.

(…) Ils se rassuraient, regardaient la boutique, où leurs yeux s’habituaient à l’obscurité.
Maintenant, ils la voyaient, avec son plafond bas et enfumé, ses comptoirs de chêne polis par l’usage, ses casiers séculaires aux fortes ferrures. Des ballots de marchandises sombres montaient jusqu’aux solives. L’odeur des draps et des teintures, une odeur âpre de chimie, semblait décuplée par l’humidité du plancher. Au fond, deux commis et une demoiselle rangeaient des pièces de flanelle blanche.

(…) Mais la salle obscure l’inquiétait ; elle la regardait, elle se sentait le coeur serré, elle qui était wholesale NFL jerseys habituée aux larges pièces, nues et claires, de sa province. Une seule fenêtre ouvrait sur une petite cour intérieure, communiquant avec la rue par l’allée noire de la maison ; et cette cour, trempée, empestée, Miami Dolphins Jerseys était comme un fond de puits, où tombait un rond de clarté louche. Les jours d’hiver, on devait allumer le gaz du matin au soir. Lorsque le temps permettait de ne pas allumer, c’était plus triste encore. »

Emile ZOLA. Au bonheur des Dames.
Source : inlibroveritas.net