Dispositions proposées par la Commission d’études de l’Exposition universelle de 1889 à Paris

La Commission consultative avait été invitée à présenter des indications générales sur l’étendue des surfaces à couvrir.

Aussi, dès que l’emplacement fut choisi, étudia-t-elle les dispositions qu’il y avait lieu d’adopter pour que l’Exposition universelle internationale de 1889 répondît au but que l’on se proposait. Deux grandes divisions, suivant elle, devaient tout d’abord être établies. IL fallait se préoccuper d’assurer, d’une part, la manifestation des idées, et, d’autre part, l’exposition des produits.

Dans l’Exposition de 1878, les congrès et conférences chargés de provoquer la manifestation des idées avaient eu le plus grand succès ; mais le temps avait manqué pour leur préparation, et l’œuvre ne donna pas tout ce que l’on en attendait. On tenait beaucoup à obtenir un résultat complet en 1889, et on comptait y arriver par l’organisation de nombreux congrès, de nombreuses conférences, ainsi que par la création d’un Cercle international réunissant, à côté des bibliothèques, des laboratoires, tout le confortable de la vie matérielle; l’accueil réservé à la création du Cercle dépendait évidemment beaucoup de l’emplacement qui lui serait assigné, et il semblait de toute nécessité qu’il fût installé en un point rapproché du centre de Paris, au Palais de l’Industrie, par exemple.

Palais de l'industrie 1889

Palais de l'industrie 1889

C’est ce que la Commission proposait, demandant, en outre, qu’une entrée principale de l’Exposition fût placée en cet endroit. Le Palais aurait été, dans ces prévisions, pourvu au rez-de-chaussée d’un plancher, et aurait reçu des estrades facilitant, à côté de l’installation des congrès, des conférences et du Cercle international l’organisation des fêtes, des réceptions et de la distribution des récompenses.

Autour du Palais de l’Industrie, on aurait exposé tout ce qui se rapportait à la classe de l’enseignement et de l’éducation.

Exposition Edison 1889

Exposition Edison 1889

Au sortir de la classe de l’enseignement et de l’éducation, le visiteur, franchissant la Seine sur un pont doublant le pont des Invalides, se serait rendu à l’Esplanade, attribuée à l’Exposition des colonies et aux concours d’animaux vivants : cette dernière Exposition ne durant que quelques semaines aurait permis de donner à l’autorité militaire la jouissance presque ininterrompue de plusieurs îlots de l’Esplanade. Longeant la Seine, l’Exposition devait s’étendre le long des quais, où l’Agriculture aurait à sa disposition toute la partie comprise entre l’Esplanade et l’avenue de La Bourdonnais, avec la berge rendue utilisable par des appontements. A l’avenue de La Bourdonnais devait commencer la partie principale de l’Exposition, et la question d’utilisation devenait plus difficile à résoudre.

Exposition universelle côté seine 1867

Exposition universelle côté seine 1867

Et, tout d’abord, convenait-il d’élever, comme en 1867 et en 1878, un palais unique, ou bien d’édifier une série d’installations distinctes ?

Panoramique de l'exposition universelle de 1867

Panoramique de l'exposition universelle de 1867

Les nécessités du classement qui avait été adopté aux Expositions précédentes et qui semblait devoir, sauf de légères modifications, être conservé en 1889, amenèrent la Commission à l’idée d’un groupement d’édifices reliés entre eux.
Elle proposa de placer à l’entrée du Champ de Mars, immédiatement après le square de la Ville de Paris, deux palais (pouvant et devant, dans son esprit, être conservés après l’Exposition), l’un, du côté de l’avenue de La Bourdonnais, destiné aux Arts, l’autre, du côté de l’avenue de Suffren, destiné aux Sciences; ces deux palais auraient couvert chacun une surface de 34000 mètres (y compris les restaurants et cafés). Si l’on adoptait la construction d’un premier étage clans ces deux palais, la surface couverte se réduisait à 26000 mètres pour chacun d’eux.

Panorama de l' exposition universelle de 1878

Panorama de l' exposition universelle de 1878

Dans le premier cas, on ménageait entre eux une esplanade de 168 mètres; dans le second cas, une esplanade de 194 mètres.

Immédiatement après ces palais, devaient s’élever des constructions (provisoires) couvrant une surface de 220000 mètres, dont 106000 réservés au hall des Machines et aux galeries du Travail, qui seraient réunies devant l’École militaire en prenant toute la largeur du Champ de Mars, et 114000 attribués aux Industries proprement dites. Cette dernière portion des constructions provisoires était projetée entre le hall des Machines et les palais des Arts et des Sciences, ménageant, comme continuation de l’esplanade de 168 mètres qui séparait ces palais, une avenue de 268 mètres de long-sur 60 mètres de large.

Galerie des machines 1889

Galerie des machines 1889

Ces dispositions donnaient comme surfaces couvertes :

  • Mètres carrés.
  • Palais des Arts. . . . 34 000
  • Palais des Sciences. . 34 000
  • Hall des Machines. . . 106 000
  • Industries diverses. . 114 000
  • TOTAL. . . 288 000

Vue en couleur de l'exposition universelle de 1889

Vu en couleur de l'exposition universelle de 1889

En comptant les abris des quais et les constructions des Champs-Élysée, c’était, au total, un tiers au moins de plus de surface couverte qu’en 1878.

Le Concours.

La Commission n’avait tracé que les grandes lignes de l’Exposition; il restait encore un grand nombre de questions à résoudre pour obtenir une solution complète.
Néanmoins, les dispositions qu’elle proposait étaient très intéressantes et suffisamment précises pour permettre la rédaction d’un programme de concours.

Un arrêté du ler mai en détermina les conditions clans les termes suivants :

Article 1. Il est ouvert un concours en vue de l’Exposition de 1889.

Ce concours de dispositions générales a pour objet de provoquer la manifestation d’idées d’ensemble, d’en faciliter la comparaison et d’en dégager le meilleur parti à adopter.

Article 2. Sont admis à prendre part au concours tous les ingénieurs et architectes français, sous la seule condition de justifier de leur nationalité lors du dépôt de leurs projets.

Article 3. L’Exposition Universelle pourra englober les terrains suivants :

    1° Le Palais de l’Industrie et les terrains avoisinants ;
    2″ L’Esplanade des Invalides;
    3° Le Champ de Mars et son square;
    4° Les quais et les berges compris entre l’esplanade des Invalides et le Champ de Mars.

L’Esplanade et les Champs-Elysées seront reliés par un pont provisoire ou par tout autre moyen.

  1. Emplacement de la tour Eiffel de l'exposition 1889

    Emplacement de la tour Eiffel de l'exposition 1889

Article 4. La surface horizontale utilisable des bâtiments sera de 271 000 mètres au total, y compris le 1er étage du Palais de l’Industrie, compté pour 20 000 mètres. (Le rez-de-chaussée de ce dernier Palais sera entièrement réservé aux fêtes, aux réceptions et à la distribution des récompenses.)

Article 5 – La surface de 271 000 mètres ci-dessus indiquée se subdivisera comme suit:

1° 32 000 mètres environ pour les Beaux-Arts ;
2° 25 000 mètres environ pour l’Agriculture;
3» 6 000 mètres environ pour les Colonies ;
4° 90 000 mètres environ poulies Machines ;
5° 118 000 mètres environ pour l’exposition des divers autres groupes.

Dans ce total de 271 000 mètres entreraient en compte les surfaces que les concurrents jugeraient à propos de distribuer au Ier étage.

Article 6. Il sera ménagé autour des bâtiments affectés à l’exposition des Colonies un espace libre et découvert d’environ 70 000 mètres pour l’installation de kiosques, tentes, pavillons particuliers, etc.

Article 7. Toute latitude est d’ailleurs laissée aux concurrents pour l’emplacement à affecter à chacune des parties. En aucun cas, il ne pourra être prévu de construction sur le jardin public du Champ de Mars, qui sera englobé par l’Exposition dans son état actuel.

Construction de la tour Eiffel

Construction de la tour Eiffel

Article 8. Les constructions principales seront entièrement établies en fer, avec remplissage en briques, maçonnerie, staff, etc.

Article 9. Les concurrents devront étudier la possibilité d’élever sur le Champ de Mars une tour en fer à base carrée, de 125 mètres de côté à la base et de 300 mètres de hauteur. Ils feront figurer cette tour sur le plan du Champ de Mars, et, s’ils le jugent convenable, ils pourront présenter en variante un autre plan sans ladite tour.

Article 10. Les concurrents devront fournir obligatoirement :
1° Un plan général d’ensemble à l’échelle de 1 mm

Sous la tour Eiffel exposition 1889

Sous la tour Eiffel exposition 1889

——————————————

Source

Titre : Exposition universelle internationale de 1889 à Paris. Monographie. Palais, jardins, constructions diverses, installations générales, par A. Alphand,… avec le concours de M. Georges Berger,… Publication achevée sous la direction de M. Alfred Picard,… accompagnée d’un atlas de 219 planches. Tome 1

Auteur : Berger, Georges (1834-1910)

Auteur : Alphand, Adolphe (1817-1891)

Éditeur : J. Rothschild (Paris)

Date d’édition : 1892-1895

Contributeur : Exposition internationale (1889 ; Paris). Éditeur scientifique

Sujet : Paris, Exposition, 1889

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 2 tomes en 1 vol. gr. in-8°