Tag Archive for publicité

Passage en caisse : une solution innovante pour le supprimer et faire décoller les ventes

Ce n’est un secret pour personne : le temps d’attente pour le passage en caisse est la bête noire des clients des magasins physiques. Nombreux sont ceux qui ont préféré différer ou renoncer totalement à un achat pour ne plus avoir à patienter avant de payer.

Bonne nouvelle : il existe désormais une application pour supprimer totalement ce problème ! FutureProofRetail, une start-up new-yorkaise, a imaginé une solution qui fonctionne de A à Z avec un smartphone.

passage en caisse

Comment éviter aux clients de passer en caisse ?

Le concept est ultra-simple.

  1. Après avoir téléchargé l’application, le client est invité à renseigner certaines informations (e-mail, selfie et coordonnées bancaires).
  2. Lorsqu’il fait son shopping dans un magasin, il scanne facilement  le code-barre des produits via la caméra de son smartphone.
  3. Il ne lui reste plus qu’à vérifier son panier et à payer automatiquement en scannant un QR Code figurant sur une zone avant la caisse.

Une petite lampe verte signale au magasin que le paiement a été validé et, hop, le client peut alors rentrer chez lui sans avoir à attendre une seconde de plus !

Plusieurs enseignes ont déjà fait le choix d’implanter cette solution dans leurs magasins aux Etats-Unis, mais aussi en Belgique ou en Chine.

Quel intérêt pour les commerçants ?

Ce type d’outil, s’il s’avère accessible aux petites structures (le tarif est jalousement gardé pour l’instant car il dépend de la surface du magasin, de son trafic, des options choisies…), peut représenter une réelle opportunité. Les avantages sont nombreux :

  • le temps d’attente avant le passage en caisse est réduit à quelques secondes
  • la solution est opérationnelle et disponible en marque blanche
  • elle dispose d’un système pour éviter les fraudes en intégrant la fréquence d’achat, le nombre d’articles, un algorithme de confiance, la reconnaissance faciale…
  • les gérants des magasins peuvent suivre en temps réel l’évolution des commandes, ce qui peut être très utile aux grandes enseignes ou aux réseaux de franchise afin de comparer les performances de chaque point de vente.

Même si vous n’envisagez pas de recourir à ce nouveau processus de paiement (ou à un outil similaire) pour le moment, gardez à l’esprit que cette façon de payer va se développer dans les années à venir !

Le pochon publicitaire : un article promotionnel

Le pochon sert à transporter et à ranger des éléments divers dans un emballage original. Il s’agit d’un produit personnalisé ou non, idéal, qui peut être utilisé pour des conférences ainsi que pour de nombreux événements publicitaires. Aussi disponible dans les tailles petites ou grandes pour des cadeaux spéciaux lors des ventes sur stand plv, le pochon est à utiliser pour garder rassemblé des articles très divers. Il suffit de le pendre à un crochet ou sur une chaise par exemple pour qu’il produise son effet d’enveloppe agréable intriguant sur son contenu.

Un pochon facile à utiliser

En coton, voilà un pochon très doux au toucher, qui peut être brodé, gonflé par un contenu qui fait ressortir ses formes généreuses, ou servir d’emballage pertinent à certains articles. Très apprécié également en sac-cadeau pour fantaisies, le pochon possède une valeur attractive en lui-même. L’intérêt de l’utilisation d’un pochon publicitaire reste en grande partie dans sa malléabilité à l’objet ou aux objets à y ranger.

pochon - articles promotionnels et publicitaires

pochon – articles promotionnels et publicitaires

Le sac relève de nombreuses pratiques

Des coussinets d’allaitement qui restent propres et faciles à trouver, au biberon à transporter et bien protégé grâce à cet étui simple, en passant par le porte ferraille en tout genre le pochon a la vie longue. Il fait penser par son aspect au stockage pour voyage, pragmatique et esthétique. Il réalise plusieurs tâches à la fois et s’insère aisément dans de nombreux décors.

Adapter cet article sur mesure

Nous proposons une fabrication sur mesure pour les nombreux choix et idées dérivées. Package pour cadeau divers, cadeau de noël, bijoux, ou encore cosmétiques variés, tout s’imbrique dans ce sac. Il suffit de trouver la taille adéquate au contenu pour réussir sa conception adaptable en long et en large. En tant que fabricant de plv, nous assurons les mises aux bonnes dimensions.

Le stop trottoir

Mobilier publicitaire remis au goût du jour, le panneau stop trottoir permet un affichage que l’on place directement sur le trottoir ou devant un produit dont on souhaite vanter les mérites. Solution flexible de plv, utilisable en extérieur ou en intérieur, ce mobilier publicitaire attire l’attention des clients par son positionnement et ses formats modulables.

Le stop trottoir, un outil de plv pertinent

Ce type de porte-affiche est largement utilisé en ville, installé sur le trottoir, devant des magasins, des centres commerciaux, des galeries marchandes ou des restaurants. Avec un affichage de format varié, ces présentoirs proposent une publicité directe. Les restaurateurs apprécient ce mobilier publicitaire pour présenter leurs menus ou leurs offres du moment. Nouveautés au niveau de la carte, la présentation d’un plat ou d’un menu d’exception, le porte-affiche donne la possibilité de changer les informations au fil des jours. Ces présentoirs sont une solution de plv efficace et pertinente. Les magasins se servent de cet outil de plv pour
attirer l’attention des clients de passage sur une promotion momentanée, au moment des soldes par exemple. Les instituts et sociétés de services utilisent le présentoir pour informer leur clientèle de leurs tarifs et prestations.

Stop trottoir double face

Stop trottoir double face

Une grande variété de supports et de formats

Lorsqu’un magasin n’a pas directement pignon sur rue, qu’il se trouve dans une ruelle peu passante ou dans une arrière-cour, la mise en place d’un tel mobilier publicitaire permet de capter une nouvelle clientèle. Utile lorsqu’un magasin vient d’ouvrir ses portes, les présentoirs indiquent la nouvelle activité en place. Orientable et repositionnable, ce porte-affiche est une solution temporaire idéale de plv. Il présente également une solution durable qui peut être déplacée selon les besoins. Lors de salons professionnels, d’expositions temporaires ou de manifestations en extérieur, le stop trottoir permet de captiver une clientèle. Polyvalent, il peut être utilisé par une même enseigne en diverses circonstances.Avec ses montants en aluminium, le porte-affiche de plv classique a retrouvé une certaine modernité. Insérée sur le recto et le verso, l’affiche est très visible à bonne distance.

Un outil de publicité et de marketing

Léger, le porte-affiche se positionne en fonction des besoins. Le stop trottoir présentant une affiche uniquement sur le recto est plus léger et trouvera facilement sa place le long d’une vitrine. Si plusieurs informations doivent être mises en avant, les présentoirs dotés de 4 affiches recto et 4 sur le verso, permettent de proposer 8 informations distinctes et bien visibles. Autre solution de plus grande taille, le mobilier publicitaire comportant des affiches de tailles différentes. Les panneaux disposant de montants en fer noir sont particulièrement discrets et leur design moderne. Pour plus de dynamisme, le stop trottoir vertical avec pieds en aluminium sont une solution publicitaire efficace. D’autres présentoirs dans la gamme de stops trottoir dotés de supports plus originaux s’adapteront à votre demande et vos besoins.

Publicité mobile : le marché de la publicité en ligne explose

Concernant la publicité mobile aux Etats-Unis, un cap vient d’être franchi : avec une augmentation de 30% en 2018, la publicité numérique mobile (les ventes d’annonces générées par les impressions et les clics sur les smartphones) pèse désormais 70 milliards de dollars. Au total, comme le montre une étude récente publiée par Magna, plus de la moitié (51,5%) des dépenses publicitaires se font maintenant dans le numérique.  Cela représente 106 milliards de dollars sur un marché qui s’élève Outre-Atlantique à 206 milliards de dollars.

Avec ces nouveaux records, les Etats-Unis génèrent à eux-seuls près de la moitié des dépenses mondiales en ligne ! Un engouement pour le digital qui se confirme dans le reste du monde : les investissements devraient atteindre les 40% et ils vont aller en augmentant dans les années à venir.

En parallèle, si les ventes d’opérations de publipostage et les publicités à la télévision se portent bien, la presse papier et la radio font les frais de cette évolution des comportements (respectivement -17 et – 5%).

publicité mobile

La publicité mobile plus populaire que la publicité sur desktop

Le smartphone est un support clairement attractif pour les annonceurs : contrairement aux desktops (-4%), ils ne sont pas protégés par des adblockers, ces logiciels spécialisés dans le blocage de publicité numérique.

Autre avantage (et non des moindres !) : les smartphones sont emportés partout. Ils permettent ainsi de réaliser des publicités nettement plus ciblées et performantes. Par exemple, grâce à la géolocalisation, il est possible d’envoyer un sms promotionnel quand un client passe à proximité d’une enseigne dont il détient la carte de fidélité. Pour d’autres idées d’utilisation du digital dans les boutiques : Vendre en magasin : Comment faire revenir le client ?

Les supports publicitaires en ligne les plus dynamiques en France

Dans l’Hexagone, selon une étude publiée par l’Observatoire de l’e-pub (source), les annonceurs privilégient les bannières et les vidéos (=”le display”) et les dépenses pour améliorer leur visibilité sur les moteurs de recherche (= le search).  Ces marchés pèsent respectivement 1, 450 milliards d’euros et 2 milliards d’euros. Ils sont largement dominés par Facebook et Google.

A noter : la vidéo est en plein boom ! En 2017, elle a représenté près de la moitié (46%) des dépenses publicitaires en display après avoir enregistré une progression de +48% par rapport à 2016. Les petites entreprises ont donc tout intérêt à s’intéresser de très près à ce support pour améliorer leur visibilité.  Il risque de devenir très vite incontournable !

La publicité moderne, quelques modes bizarres de publicité (1906)

Un nouveau texte issu de la revue “La Publicité” et paru en 1906.

“La publicité s’est tellement imposée aujourd’hui que l’on s’est ingénié à trouver des formes nouvelles sous lesquelles l’employer. Les moyens quelquefois les plus bizarres ont été employés, pas toujours heureux, mais ils ont souvent aussi eu le don d’arrêter le public.

On se souvient encore de la voix tonitruante qui, il y a quelques années, sur le boulevard invitait les passants:

« Ne partez pas sans lire le Grand Journal ! »

Citons aussi pour mémoire le cas du roman-feuilleton que publiait jadis la Presse: il passionnait ses lecteurs qui attendaient anxieusement la confession de l’un des personnages Ferringhea.

Les murs de Paris furent un jour couverts , d’affiches:

« Ferringhea va parler ! » bientôt suivies d’autres où l’on annonçait:

«Ferringhea a parlé! »

C’était un coup de théâtre d’un des maîtres es publiciste, Emile de Girardin.

Nos lecteurs n’ont point oublié non plus ces promeneurs se suivant en file indienne et disant chacun un mot séparé d’une phrase vantant les complets d’un tailleur, ou ces deux promeneur bras dessus, bras dessous passant devant les terrasses de café et paraissant causer amicalement, tandis qu’ils se recommandaient en réalité à haute et intelligible voix les vertus de tel ou tel tonique.

Je crois que les règlements de police durent mettre fin à cette publicité parlante qui devenait un ennui pour le public.

Se souvient-on aussi des fiacres-réclames à tarif réduit, qui n’eurent, il est vrai que très peu de succès ?

Les hommes-sandwiches ont été affublés des costumes les plus variés et dont la nomenclature serait un peu monotone.

publicité

A Londres, il y a quelques années un annoncier avait mis un crâne postiche et complètement dénudé à un certain nombre d’hommes-sandwiches convenablement vêtus et qui, se rencontrant dans les rues très passagères, se saluaient en retirant gravement leur chapeau. Aussitôt le « genou » apparaissait portant en lettres noires la réclame de l’annoncier.

A Londres aussi une autre maison avait fait inscrire sa réclame avec une solution phosphorescente à la semelle des bottines de sandwichmen, et ceux-ci, en parcourant les rues, le soir, laissaient leur empreinte phosphorescente sur le pavé.

Longtemps aussi, dans la métropole anglaise, les lampes extérieures de certains magasins portaient à leur partie inférieure une plaque de verre portant une annonce. La lumière portant dessus faisait lanterne magique et la réclame se trouvait ainsi reproduite à terre sur le pavé.

Les réclames-vivantes en vitrine ont aussi eu un certain succès en Angleterre. Notons principalement celle d’une eau pour faire repousser les cheveux. L’annoncier avait loué plusieurs magasins dans les vitrines desquels se trouvaient plusieurs jeunes femmes vues de dos, assises, et dont la luxuriante chevelure défaite attirait tous les regards. La police dut intervenir et arrêter cette publicité qui causait des rassemblements empêchant le trafic dans les rues.

Elle fut aussi appelée à interdire les femmes-sandwichs qu’un autre annoncier avait eu l’idée ingénieuse de lancer par les voies passagères.

Inutile de dire que les jeunes femmes étaient choisies parmi les plus jolies, et que, peu farouches, elles répondaient aux lazzis du public, et l’on dut mettre fin à ce petit scandale des rues.

Les Américains, eux aussi naturellement, ont employé de très bizarres moyens de publicité qu’il serait trop long d’énumérer.

En voici un, toutefois, dont l’originalité n’échappera à personne.

Il existe en Amérique des professeurs de perroquets qui enseignent des bouts de phrases à ces oiseaux, dans les principales langues vivantes, de façon à les vendre à leurs clients de nationalité étrangère. C’est même, paraît-il, une profession très lucrative.

L’un de ces professeurs eut l’ingénieuse idée d’apprendre à ses perroquets des phrases vantant tel ou tel produit et de les vendre à des négociants qui plaçaient leur cage sur leur comptoir, et à journée faite l’oiseau ne cessait de répéter la réclame apprise.

Aujourd’hui les perroquets sont remplacés par des gramophones qui, entre deux airs, s’arrêtent un instant pour lancer à la clientèle la réclame d’un article quelconque. C’est là encore un nouvel usage de cet instrument nasillard éminemment agaçant et dont l’emploi tend aujourd’hui à trop s’imposer.

Il est certainement beaucoup d’autres méthodes bizarres de publicité, mais nous devons nous borner.

Cependant, il faut rappeler les hommes sandwichs garnissant au complet les impériales d’omnibus Madeleine-Bastille et tenant chacun verticalement sur leurs genoux de hauts tableaux couverts de grosses lettres dont la juxtaposition fournit un mot de réclame, facilement lisible à l’approche de la voiture ainsi transformée à sa partie supérieure, en palissade roulante.

Une mention doit être réservée au gentleman impeccable qui s’installait invariablement au premier rang des terrasses des grands cafés, se découvrait cérémonieusement pour laisser voir aux consommateurs ébahis le mot « BYRRH » peint en lettres rouges et noires sur son occiput merveilleusement tondu.

Il y a encore les dandys en pardessus mastic que l’on rencontrait tous les soirs du boulevard Montmartre au boulevard des Capucines faisant apparaître par intermittences une inscription lumineuse découpée dans la peluche de leurs huit-reflets.

Au cours de cette énumération des moyens bizarres de publicité nous devons signaler l’originalité des phrases protéiformes que l’électricité inscrit chaque soir en lettres de feu pour le compte d’une prochaine loterie.

Pour être moins dramatique cette annonce, d’une agence anglaise n’en a pas moins de saveur.

« Les dames ayant des relations dans la bonne société peuvent se faire de gros revenus en lançant dans la conversation, certains sujets qu’on peut facilement et naturellement introduire dans les entretiens ordinaires. Les offres seront examinées avec la plus grande discrétion ».

L’Américain, au contraire, semble rechercher les gros effets et les animaux deviennent parfois leurs collaborateurs.

C’est ainsi qu’il y a quelques semaines on pouvait voir déambuler par les rues de Chicago un troupeau de cent porcelets « imprimé tout vif : chaque animal portant sur ses flancs cette légende en lettres rouges : Les saucissons de porc défient toute concurrence! »

Enfin, pour finir, citons ce cordonnier de Boston qui, à chaque acheteur d’une paire de chaussures, offre, à titre gracieux, une paire de caoutchoucs… dont la semelle porte en relief, l’assurance que « les chaussures de Untel sont inusables ». affirmation qui s’imprime d’elle-même sur le sol à chaque pas du porteur de caoutchoucs.

H.-R. Woestyn.”

Source : revue La Publicité moderne. Revue mensuelle, [s.n.?] (Paris), 1905-1909, Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques, 4-V-6791