Déjà la 5G : avancée ou marketing

La 3G n’est pas encore morte, la 4G encore bien peu présente sur le territoire malgré une campagne marketing jamais vu que déjà les opérateurs téléphoniques pensent à l’avenir. C’est…

Bitcoin : la nouvelle monnaie du futur ?

On en parle : le bitcoin Un nouveau système monétaire pour le moins original, le Bitcoin, intrigue depuis quelques mois le microcosme économique qui jusque là avait semblé ignorer jusqu'à…

Les 3 tendances marketing de demain présentées au CES Las Vegas

Le Consumer Electronics Show (CES) qui se déroule chaque année est une bonne opportunité pour identifier les tendances marketing qui s’imposeront dans les années qui viennent.

Voici un top 3 des tendances marketing repérée en 2019 :

E-commerce : booster la livraison

Comment proposer un service de livraison irréprochable, ponctuel et adapté aux attentes des consommateurs ?  Plusieurs innovations sont déjà à l’étude :

les chiens robots de Continental (équipementier automobile allemand) : pour éviter que les retards ne s’accumulent dans le fameux “dernier kilomètre”, ces animaux électroniques autonomes se chargeront de livrer directement les colis

tendances marketing 2019

– la livraison de colis dans un garage (concept “Key For Garage” de l’américain Amazon) grâce à un capteur sécurisé. Le colis est déposé par un livreur à l’endroit voulu et une caméra disposée sur les lieux permet au destinataire d’assister en temps réel à cette intervention.

Key for Garage d'Amazon

– la voiture autonome de livraison, de la start-up Udelv qui s’appuie pour l’occasion sur Walmart (grande distribution américaine). Newton, c’est son nom, sera testée dès cette année en Arizona (avec un chauffeur).

Les incontournables objets connectés

Voilà un classique parmi les tendances marketing du moment : l’augmentation régulière du nombre d’objets connectés. Cette année, la révolution vient de la maison ! Il est désormais possible de tout gérer à distance : les dispositifs de sécurité, les appareils hi-fi (comme la télévision par exemple), la température de chaque pièce…

Cocorico : au CES Las Vegas, la french touch est à l’honneur avec deux innovations de taille :

– la sonnette intelligente de la start-up Netamo avec détecteur de présence, très utile pour savoir qui a sonné et pour interagir avec la personne via votre smartphone.

– le sofa connecté “nouvelle génération” de Miliboo qui offre une expérience 4D inoubliable via le home cinema, intègre des assistants connectés pour répondre aux questions, et recharge même votre smartphone.

L’impression 3D qui révolutionne le secteur de la beauté

Avec l’impression 3D, tout peut désormais être personnalisé pour offrir une expérience client forte et engageante.

Un exemple très remarqué : la toute nouvelle application Neutrogena MaskID.

Neutrogena maskID

 

Le concept est vraiment bluffant :

  1. le client réalise un selfie avec son smartphone
  2. l’appli, qui dispose ainsi de toutes les informations requises (dimensions du visage, morphologie, type de peau, peut imprimer un masque en 3D
  3. Le masque est 100% personnalisé : non seulement il est adapté au visage, mais en prime le composant actif est vraiment placé dans la zone ciblée (et non partout comme c’est le cas actuellement).

Et vous, que pensez-vous de toutes ces nouveautés ? A défaut d’investir dans des technologies dernier-cri, les grands classiques du marketing (plv, street marketing…) restent des valeurs sûres pour communiquer et trouver de nouveaux clients.

Vendre : quels sont les temps forts à ne pas manquer en 2019 ?

Pour vendre, il faut communiquer et lancer des opérations marketing ciblées, y compris en ligne. Pour y parvenir, les entreprises, surtout les plus petites, n’ont pas le choix : elles doivent impérativement ANTICIPER !

En effet, il ne faut pas sous-estimer le temps nécessaire à la réflexion, à la création et à la mise en place d’actions véritablement efficaces. De plus, si vous espérez obtenir des retombées médias, il faut penser à envoyer vos communiqués de presse aux journalistes trois à quatre mois avant chaque événement récurrent (comme la fête des mères ou la saint-valentin par exemple).

Oui mais…comment s’y prendre quand on se lance ou quand on a peur d’oublier les dates importantes qui font vendre davantage ?

BDM a eu la bonne idée de proposer en accès libre un calendrier social media récapitulant des principaux temps forts en Le site de l’apport d’affaires et du B2B sur internet et en BtoC.

Voici quelques conseils pour l’utiliser avec efficacité :

vendre

1) Listez dès maintenant les événements importants pour votre activité : vendre

Prenez le temps de consulter toutes les dates listées mois par mois dans le calendrier social media proposé par BDM. Au-delà des grands classiques (Rentrée scolaire, fêtes de fin d’année, vacances, pâques, nouvel an chinois…) vous découvrirez sûrement des événements ayant un lien direct ou indirect avec votre activité : Journée mondiale de la cuisine italienne, Carnaval de Venise, Journée nationale du Sommeil, Journée Européenne de la Mer, Journée Mondiale du coloriage, Journée de l’Environnement, etc…

Quels sont les événements qui sont susceptibles de générer des ventes dans votre secteur, de vous positionner en tant qu’expert (salons pro, etc…) ou de fédérer (tournois sportifs) ?

2) Classez les temps forts par ordre de priorité

Priorisez les dates clés en fonction des ventes escomptées et du budget que vous pouvez allouer à chaque fois.

3) Planifiez dès à présent les actions à réaliser en amont

Rédiger des emails promotionnels, actualiser votre site web, éditer des catalogues, aménager votre espace de vente…Il y a une foule de choses à faire ! Si vous voulez être prêt(e) le jour J et réussir à vendre, il faut envisager de façon concrète le temps requis par chaque action et vous fixer des échéances bien en amont. Cela vous évitera en prime d’être submergé de travail au dernier moment en réalisant tout ce qu’il vous reste à faire pour être pleinement opérationnel !

Les différents types d’impression numérique

Bien que le principe de base de l’impression numérique reste identique, il existe de nombreuses techniques d’impression numérique.

Impression numérique par jet d’encre

L’impression jet d’encre s’utilise sur un très large choix de support : papier, textile, matière plastique, verre, etc. Il s’agit du seul procédé d’impression où il n’y a pas de contact direct avec le support ni d’image latente ou temporaire de créée dans le processus d’impression. C’est la forme d’impression Le site de la plv numérique et des écrans la plus courante à l’heure actuelle. Le principe d’impression est simple : un réservoir d’encre liquide est comprimé extérieurement. Cette surpression provoque l’évacuation d’une goutte ou d’un jet continu d’encre. Cette pression est effectuée soit mécaniquement avec le recours à un cristal piézoélectrique qui se déforme lors d’une impulsion électrique soit thermiquement par dilatation ou vaporisation. La génération d’un flux continu d’encre, de l’anglais « Continuous Ink Jet » ou CIJ, permet une impression rapide mais en limite la qualité d’impression. L’éjection au goutte à goutte, dénommée « Drop On Demand » (DOD) en anglais, permet, elle, des impressions de grande qualité au détriment, par contre, de la vitesse d’impression.

Impression numérique par Ionographie

L’ionographie, ou en anglais, « electron beam imaging » crée l’image latente par projection d’ions chargés. Pour ce faire, il est nécessaire de recourir à trois électrodes : deux pour ioniser l’air et la troisième pour guider les ions (principalement des électrons) sur le tambour. Cette technique s’avère être surtout employée par la société Xerox pour réaliser des presses très rapides. Elle permet de limiter les problèmes de repérage du fait que les étapes de transfert de fixation sur le toner sont regroupées. Cependant, il importe de noter que la qualité, et, surtout la résolution de cette technique reste assez faible du fait qu’il demeure difficile d’affiner et de conserver une zone ionisée durant tout le processus.

impression numérique : équipement

Impression numérique : équipement

Impression numérique par magnétographie

Il s’agit d’un procédé plus complexe, et, moins répandu, surtout utilisé pour des impressions monochromes. Il a été développé au début des années 80 par le groupe français Bull. La magnétographie consiste à produire temporairement une image magnétique sur un cylindre métallique, grâce à un réseau d’électro-aimants. Cette image latente est révélée à l’aide d’un toner constitué d’une poudre magnétique à base de fer. Le transfert sur papier s’effectue le plus souvent par pression. Le cylindre est ensuite débarrassé des résidus de toner puis démagnétisé, et le cycle recommence. Cette technique possède de sérieux atouts. Elle permet une impression très rapide, jusqu’à 800 pages format A4 par minute tout en conservant une durabilité importante ! Très récemment, des presses permettant des impressions en quadrichromies ont été développées et commercialisées. Cette branche particulière de l’impression numérique a donc de bonnes perspectives d’avenir.

Impression numerique par électrophotographie LASER ou Xerographie

Ce procédé tire son origine de l’invention de la Xérographie par la société Xerox, en 1938. Le principe de fonctionnement est là encore simple à décrire : tout d’abord, le film ou le tambour est chargé négativement selon le principe de l’ « effet Corona ». Ensuite, un laser décharge localement les parties ne devant pas recevoir l’impression et engendre ainsi un schéma invisible de charge électrostatique appelé « image latente ». Grâce au phénomène électrostatique, le toner est attiré sur le film photorécepteur sensibilisé par le rayon laser. Dernière étape : le toner est déposé sur le support d’impression puis fixé thermiquement après un ultime passage dans un four.

Autres procédés d’impression numérique

Il existe d’autres procédés, moins courants tel l’elcographie et la thermographie par sublimation ou par transfère. Ces solutions d’impressions numériques sont moins usuelles et servent pour des applications précises. Exemple-type : l’impression d’un code barre sur des étiquettes autocollantes. A noter également le travail des laboratoires de recherche et développement qui testent notamment des procédés chimiques non polluants.

Point de vente physique : pour vendre, il faut penser “phygital”

Avez-vous déjà entendu parler de “phygital” ? Non ? Pourtant, cette tendance a pris une telle importance qu’elle a constitué le fil rouge du dernier Paris Retail Week fin 2018.

Alors, késako le phygital ? Il s’agit tout simplement de tous les dispositifs numériques mis en place dans les magasins physiques pour simplifier et encourager les achats. Le nom “phygital” vient de la contraction entre “physique” (= le point de vente) et “digital” (= tous les outils numériques : services click & collect, douchettes, applications, QR codes, applications, géolocalisation…..).

phygital

Une demande importante de la part des clients

Pour vendre, il faut être en adéquation avec les attentes des prospects et clients. Or leurs comportements ont considérablement évolué. Désormais, entre le numérique et le physique, ils ne veulent plus choisir !

L’avenir des boutiques traditionnelles passe par une nécessaire intégration de ces nouvelles données. Concrètement,  d’après une étude réalisée pour le Paris Retail Week, cela signifie qu’elles vont devoir mettre l’accent sur le service et se doter d’outils digitaux pour pouvoir faire du sur-mesure.

Concernant les magasins de brique-et-portier, les consommateurs y vont surtout pour y trouver :

  • une interaction avec le produit (94%)
  • des conseils de la part des vendeurs/ses (88%)
  • des produits disponibles immédiatement (88%) et sans frais de livraison (84%)

A contrario : le e-commerce est plébiscité pour l’absence de contacts humains (67%), la plus grande disponibilité des produits (63%), le gain de temps et la possibilité d’acheter 24h24 (61%) mais aussi pour le large choix d’articles proposés (59%).

Le magasin sera phygital ou ne sera pas

Dans ce contexte, la digitalisation des magasins apparaît comme un véritable concurrentiel et, à terme, elle constituera la norme. Les nouveaux acteurs sur le marché l’ont bien compris ! Un exemple avec “La Ruche qui dit Oui”. Alors qu’il s’agit de promouvoir la vente directe des producteurs aux consommateurs, ce concept éthique et solidaire prend la forme d’une marketplace afin de pouvoir acheter en ligne les produits qui seront ensuite retirés sur place.

Dans la même logique le “petit” commerçant du coin gagnera à disposer soit de PLV dynamique, soit de supports lui permettant d’apporter une réelle plus-value à ses clients (exemple : carte de visite numérique, offres promotionnelles sur-mesure après l’achat, miroirs interactifs….).

 

 

Le porte-affiche pour bannière : affichage

L’affichage est le premier moyen d’attirer le client dans le cadre de la publicité sur le lieu de vente (ou PLV).

Banner porte-affiche

Il est ce qui saute aux yeux immédiatement. Les formes, les couleurs et les matériaux doivent attirer le regard du visiteur, tandis que la force et la lisibilité d’un slogan doivent frapper son imagination et susciter sa curiosité : et, en dernier ressort, le pousser à l’achat. L’identité visuelle d’un produit ou d’une société doit être elle aussi clairement exprimée. Pour attirer le regard vers un stand, guider les pas d’un visiteur vers une boutique, annoncer une promotion ou inciter à l’achat d’un produit, de nombreuses formules de signalétique s’offrent à vous.

Les différentes formes d’affichage en plv

Le drapeau publicitaire, à l’entrée d’un stand ou d’un magasin, est un moyen efficace de porter haut et fort vos couleurs. Suspendu à un mur, le kakemono donne de la hauteur à une marque ou à un logo. Le roll’up, dans un magasin ou sur un stand, est un support maniable et facilement transportable. Tout en hauteur, le totem vous permet d’être vu de loin dans une foire d’exposition. Les présentoirs, enfin, à l’accueil ou sur un stand, feront office de cartes de visite et restent le moyen le plus simple et le plus efficace de vous présenter.

affichage : banner pour affichage

Affichage : banner pour affichage

Les banners porte-affiches : affichage

Parmi tous les porte-affiches d’intérieur, le banner est particulièrement pratique. Son support en X permet d’afficher en grand format l’image que vous aurez choisie pour présenter un produit, une promotion ou votre entreprise. Sa structure légère en aluminium et fibre de carbone rend le banner aussi facile à monter qu’à démonter et ultra-léger à transporter : une sacoche est le plus souvent fournie avec la structure. L’impression sur PVC de 550 g/m² permet une tension parfaite du visuel. Le banner porte-affiches est disponible en simple ou double côté, pour une visibilité accrue. Un étui et un éclairage sont également disponibles sur certains modèles, qui mettront en valeur l’image publicitaire.

A côté des banners en X, des porte-affiches en L sont également disponibles. On trouve des modèles simples et des modèles triangulaires en aluminium qui permettent une surface de communication sur trois faces de près de 6 m2. Il existe enfin des systèmes de présentoirs défilants, suspendus ou sur pied, avec des visuels renouvelables, et des présentoirs déroulants avec des visuels interchangeables, à simple ou double face. Pour l’extérieur, des flying banners en fibre composite qui tournent au vent rappellent les oriflammes des origines.

Léger, maniable, économique, idéal pour toutes les occasions où la plv commande de mettre en place rapidement des visuels de moyen ou de grand format, le banner porte-affiches s’impose par sa facilité de transport et de mise en place : vous le monterez en une minute ! Son format en hauteur lui donne une grande visibilité et une belle esthétique. Il pourra être imprimé en pleine couleur afin d’accroître encore son impact sur le visiteur.