Déjà la 5G : avancée ou marketing

La 3G n’est pas encore morte, la 4G encore bien peu présente sur le territoire malgré une campagne marketing jamais vu que déjà les opérateurs téléphoniques pensent à l’avenir. C’est…

Bitcoin : la nouvelle monnaie du futur ?

On en parle : le bitcoin Un nouveau système monétaire pour le moins original, le Bitcoin, intrigue depuis quelques mois le microcosme économique qui jusque là avait semblé ignorer jusqu'à…

Le contributing bouscule le marketing traditionnel

Le marketing d’hier est passé d’âge. Les consommateurs veulent plus d’engagement des marques. Les écoles de commerce ont pris conscience de cette nouvelle aspiration.  Le contributing va bousculer les entreprises et leur business model basé sur les résultats, rémunérations d’actionnaires, objectifs de croissance.

Qu’est-ce que le contributing par rapport au marketing ?

  • c’est un marketing plus doux, plus en phase avec les nouvelles aspirations des consommateurs,
  • c’est une “raison d’être” qui remet l’humain au coeur de la consommation.

Quelles sont les conséquences pour les entreprises ?

Contributing remplace le marketing traditionnel

Arrivée d’un nouvel acteur : le contributing

Elles doivent repenser leur business model marketing! Avant, une entreprise pensait uniquement stratégie, objectif et rémunération des actionnaires. Aujourd’hui, les consommateurs veulent plus que des mots, ils veulent une raison d’être. Les consommateurs ont pris conscience que la planète était en danger. Ils modifient leurs comportements. Par ce changement, ils obligent les entreprises à évoluer, à se positionner sur une approche plus en phase avec les problèmes environnementaux comme l’écologie, la malnutrition, l’éthique…Il faut que la  ou le produit leur parle, apporte une valeur ajoutée. Le meilleur exemple est celui de McDonald’s qui a dû repenser toute sa chaîne de production pour produire des produits plus écologiques. 

Une prise de conscience dans leur stratégie de communication

Certaines entreprises ont acté l’importance de “parler” aux consommateurs. Les demandes de contributing dans les agences de communication sont maintenant au coeur de la stratégie de marque. Une entreprise qui ne prend pas conscience de cette forte demande est vouée à disparaître. Elle est face à une génération qui veut donner du sens à ses actes, être responsable. Preuve de la réussite de Vinted.

L’exercice des entreprises va être subtile car il faut s’adapter à cette forte demande tout en gardant l’image de la marque ou du service. Le contributing va obliger les entreprises à penser plus “green”. 

Google Shopping fait évoluer l’affichage des frais de livraison de produits avec une nouvelle balise

Google n’a pas fini de surprendre les webmasters de sites e-commerce en cette année 2020, après le retour de Google Shopping dans sa version gratuite et l’annonce récente de l’affichage des produits pour les commerces locaux.

Google Shopping intègre la balise “shippingDetails” pour les produits.

Voilà une annonce qui devrait faire plaisir à tous les e-commercants qui sont présents sur Google Shopping, le comparateur de prix de Google. Jusqu’à aujourd’hui, les frais de livraison des produits devaient être gérées directement dans l’interface d’administration de Google Shopping, en mettant en place des règles de prix diverses. Mais le 22 septembre dernier, la cheffe de produit Google Shopping Kyle Kelly a fait une annonce sur le blog de la firme dédié aux webmasters qui risque de changer la gestion des produits pour les quelques millions d’e-commerçants qui utilisent aujourd’hui la solution de Google.

Google

Google insère une nouvelle balise.

En effet, Google a annoncé qu’il s’apprêtait à prendre en compte une nouvelle balise dans les données structurées utilisées : la balise “shippingDetails”. Cette balise permet aux webmasters de préciser les frais de livraison par produit, s’ils ne souhaitent pas les gérer via l’interface Google Shopping. Grâce à cette méthode, les e-commercants qui utilise la solution de comparateur de prix auront beaucoup plus de flexibilité et pourront plus facilement adapter leur politique de livraison en fonction de la concurrence ou des moments de l’année.

Quels seront les impacts de cette balise pour les utilisateurs ?

Du côté des utilisateurs, c’est également une très bonne nouvelle, car cela permettra d’éviter les mauvaises surprises en arrivant sur un site de vente en ligne : les frais de livraison restent encore aujourd’hui un des facteurs de décision d’achat important. Grâce à cette décision d’intégrer les frais d’expédition dans les microdonnées de Schema.org, les tarifs affichés devraient être plus à jour qu’actuellement.

En terme d’affichage, cela ne devrait changer que peu de choses, en revanche la communication de Google n’est pas très claire concernant la prise en compte de cette balise dans les produits affichés dans les résultats naturels du moteur de recherche.

La Plv en 2021

La force de cet outil marketing est d’inciter des achats de manière impulsive ou au dernier moment par la mise en place de supports publicitaires ou visuels qui attirent l’attention au sein même du lieu de vente.

La PLV fait-elle vendre?

La Plv en milieu urbain

En ville, la Plv (publicité sur lieu de vente) avec ses affichages lumineux et animés.

Si les marques ont habitué les consommateurs aux classiques affiches, dépliants, présentoirs, affichages chariot, mobiliers, les dernières innovations exploitent davantage la technologie. Ainsi, l’on trouve davantage de supports plus sophistiqués tels les bornes interactives et les écrans tactiles. Cet outil marketing est en perpétuel évolution et connait un dynamisme remarquable. Il est d’ailleurs de plus en plus courant de trouver des supports interactifs dans les rayons. La promotion sur place nouvelle génération a davantage d’impact et est plus influente en remplaçant les images fixes par des films mettant plus en valeur le produit. Les supports numériques percutent mieux en misant sur la multi sensorialité. Dorénavant, le client accède aux informations qui l’intéressent en naviguant sur l’écran tactile et en écoutant les sons tout en visionnant les images.

Fonctionnement et avantages de la publicité sur le lieu de vente

La plv, affichage publicitaire urbain.

En ville l’affichage lumineux attire le prospect.

Ce type de pub présente un avantage majeur par le fait qu’elle convienne pour la promotion de n’importe quel type de produit ou service avec comme objectif de déclencher l’achat sur place, d’où sa qualification de « média du dernier mètre ».

Le choix du support et de son emplacement est crucial quand on sait que plus d’un achat sur deux se font sur le lieu de vente grâce à la PLV. Le message véhiculé par cet outil de merchandising peut être informatif, promotionnel ou encore institutionnel. Pour adhérer à des valeurs éthiques importantes aux yeux les consommateurs, le développement durable et l’écologie sont plus que jamais au cœur du concept. Que sa présentation soit sous forme de messages sonores, kakemonos, vitrophanies, stickers, décorations au sol, stop-rayons, banderoles…la pub sur le lieu de vente améliore la visibilité des produits et incite à la consommation.

Les clés pour une PLV efficace

La conception de vos publicités sur le lieu de vente tient compte des aspects de vos produits et/ou services mais pas uniquement puisqu’elles doivent également se conformer aux critères des magasins dans lesquels vous souhaitez les exposer. Les chefs de rayon ont leurs exigences auxquelles il va falloir vous adapter en matière de dimensions, de conformité à un thème en particulier, de durée de présence, de respect de la politique de la maison et bien d’autres encore.

La Plv, une notion d'accueil.

Accueillir le prospect est un des grands buts de la Plv.

Une bonne promotion capte le regard des clients, il faut savoir se démarquer des autres en suscitant diverses réactions par un choix original des couleurs, de la disposition, de la taille, le tout avec une certaine cohérence avec les valeurs de la marque. Elle est incitative, participative et attractive. Pour les inscriptions, préférez la simplicité qui véhicule un message clair à un pavé qui perdra le client. L’utilisation de chiffres et de pourcentage a prouvé son efficacité pour ce type de promotion. Les animateurs et démonstrateurs sont essentiels pour attirer les clients, faire la présentation et répondre aux questions. Ils sont physiques ou filmés en train d’essayer le produit.

Réalité augmentée : un atout pour les campagnes marketing

La réalité augmentée n’en finit plus de faire parler d’elle ! Cette technologie de pointe, qui donne un effet “waouh” à de nombreuses campagnes marketing, s’invite de plus en plus dans les communications des grandes enseignes.

Voici quelques exemples qui sont autant de sources d’inspiration :

La réalité augmentée selon Asos : le défilé virtuel

réalité augmentée Asos

Depuis le 24 juin 2019, Asos propose sur son site e-commerce un “Défilé virtuel” qui concerne une centaine de références parmi les nouveautés Asos Design.

Le concept est simple :

  1. L’utilisateur vise une surface plane avec la caméra de son smartphone
  2. Il clique ensuite sur “RA”, une fonction qui figure sur la page du produit
  3. Et hop, un mannequin apparaît et défile avec les vêtements choisis.

Cette initiative rappelle un peu la démarche que Zara avait initié l’année dernière en intégrant des capteurs de réalité augmentée dans ses vitrines et dans ses magasins.

Les tutos beauté (mais pas seulement !)  sur YouTube

La réalité augmentée sur YouTube

Les marques investissent de plus en plus pour réaliser des tutoriels sympas ou pour proposer leurs produits aux influenceurs(euses) les plus populaires.

Désormais, il est possible d’aller plus loin : YouTube teste actuellement la réalité augmentée dans un format nommé “AR Beauty try-on”. Le concept : permettre aux internautes d’essayer le produit qui est utilisé à l’écran par le/la YouTuber(euse).

Si cette technologie se développe, les possibilités sont infinies et elles pourraient très vite sortir du domaine de la seule beauté.

Nike Fit : trouver en un clic la bonne pointure

nike-fit

Comment savoir quelle est la bonne pointure de chaussures en fonction des modèles proposés ?

Avec l’application Nike Fit, se chausser va devenir un jeu d’enfant : en quelques clics, l’app de réalité augmentée calcule, au millimètre près, la taille des pieds de chaque client.  Elle peut alors lui indiquer la bonne pointure.

L’objectif : ne plus avoir à s’embêter à essayer un modèle en magasin et surtout éviter les erreurs. Nike affirme en effet que 6 clients sur 10 en moyenne se trompent lors de leurs achats…

Et vous, utilisez-vous une technologie de réalité augmentée pour votre e-commerce ou votre boutique traditionnelle ? Si oui, laquelle ?

Livraison : pour aller plus vite, l’avenir est-il aux véhicules autonomes ?

Comment proposer à ses clients une livraison rapide et efficace ? Pour les e-commerçant, cette question représente un véritable enjeu de compétitivité

Ainsi, de nombreuses grandes enseignes sont déjà en train de tester des solutions de livraison high-tech. A titre d’exemple, Amazon travaille sur un système utilisant le drone et  Continental essaie les chiens robots pour gérer le fameux “dernier kilomètre”.

Dernière tentative en date : Domino’s Pizza veut utiliser les véhicules autonomes pour livrer ses produits aux clients qui commandent en ligne.  Focus sur cette initiative qui n’a pas fini de faire parler d’elle…

livraison

Comment marche ce système de livraison ?

Le véhicule autonome développé par Nuro est très simple d’utilisation :

  1. D’abord, le client reçoit un code PIN lorsqu’il passe sa commande.
  2. Domino’s Pizza envoie un véhicule sans chauffeur livrer la pizza au domicile du client ou sur son lieu de travail.
  3. Enfin, pour récupérer la pizza, il suffit de saisir son code personnalisé, et hop, le tour est joué !

Mais inutile de s’emballer ! La livraison via un véhicule autonome est testée uniquement à Dallas, au Texas

Si l’expérience se révèle concluante, elle sera ensuite étendue à l’ensemble du réseau de la marque aux Etats-Unis. Toutefois, cette solution de livraison supplémentaire ne concernera que les périodes de pointe

Vrai outil ou simple gadget ? 

Les véhicules sans chauffeurs de Nuro

Domino’s Pizza n’est pas la seule entreprise à croire à la livraison via une voiture sans chauffeurs ! Les investisseurs croient à l’avenir de ce projet high-tech. A tel point que SoftBank vient de soutenir la start-up à hauteur d’un milliard de dollars…

D’ailleurs, le véhicule autonome de Nuro en est déjà à sa deuxième version, le R2. Et devinez qui a déjà expérimenté le modèle R1 par le passé ? Domino’s Pizza bien sûr !

A l’époque, le réseau de franchises avait affirmé vouloir observer la réaction de ses clients face à ce mode de livraison.  Les résultats de cette expérience ont du être à la hauteur de ses espérances puisque Domino’s Pizza envisage d’aller plus loin désormais.

En tout cas, cette initiative est à suivre de près ! Si elle s’avère concluante, elle pourrait bien inspirer des géants du e-commerce en France dans les années à venir.