Déjà la 5G : avancée ou marketing

La 3G n’est pas encore morte, la 4G encore bien peu présente sur le territoire malgré une campagne marketing jamais vu que déjà les opérateurs téléphoniques pensent à l’avenir. C’est…

Bitcoin : la nouvelle monnaie du futur ?

On en parle : le bitcoin Un nouveau système monétaire pour le moins original, le Bitcoin, intrigue depuis quelques mois le microcosme économique qui jusque là avait semblé ignorer jusqu'à…

Publicité digitale : Google va supprimer les cookies tiers

L’univers de la publicité digitale est-il en train de vivre une révolution ?  Déjà surnommée “la cookiepocalypse”, la dernière annonce de Google fait beaucoup de bruit. En effet, le géant américain a tout simplement annoncé la suppression des cookies tiers d’ici 2023 (source).

Avec un objectif : respecter les demandes de protection de la vie privée de ses utilisateurs.  Mais les annonceurs peuvent être rassurés : ce n’est pas encore la fin de la publicité digitale ciblée !

Voici tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

publicité digitale

Quel est le rôle des cookies tiers ? 

Ils sont utilisés pour suivre à la trace toutes les visites des sites internet par les internautes. Grâce à ces précieuses données, il est ainsi beaucoup plus facile de déterminer leurs préférences (produits, services, opinions…).  Les annonceurs vont alors exploiter ces informations pour cibler leurs campagnes de publicité digitale en fonction de leur activité.

C’est pour cela qu’ils sont inquiets : si les cookies tiers sont supprimés sur Chrome, leurs opérations de communication seront moins performantes.  Or toucher un maximum d’internautes ne sert à rien ! Le plus important, pour obtenir un réel retour sur investissement (ROI), est d’atteindre une audience qualifiée

Pourquoi Google veut-il en finir avec les cookies ?

Plusieurs raisons conjointes expliquent ce revirement :

  • il y a une demande de plus en plus forte de la part des utilisateurs ;
  • le règlement général de la protection des données (RGPD) en Europe contribue à mettre la pression au géant américain ;
  • de plus, d’autres navigateurs concurrents (Firefox, Safari…) limitent déjà cette pratique ;
  • enfin, la pertinence de l’utilisation est cookies est remise en cause depuis longtemps, notamment en raison des sites web et applications conçus avant tout pour les mobiles.

En bref, ce changement est dans l’air du temps !

Est-ce la fin de la publicité digitale ciblée ?

Pas du tout ! Google travaille déjà à la création de solutions pour remplacer les cookies tiers. En outre,  les cookies seront supprimés à un rythme très progressif, pour que la transition s’effectue en douceur et avec l’accord des autorités réglementaires. 

Ce changement peut même devenir une opportunité pour les annonceurs, dans la mesure où d’autres acteurs de la data ont l’intention de proposer des solutions d’identification qui ne nécessiteront pas de cookies. Les campagnes publicitaires sur internet pourraient donc à terme gagner en efficacité en offrant un contenu en réelle adéquation avec l’audience visée. 

3 supports publicitaires qui innovent

Les supports publicitaires n’en finissent plus de se réinventer ! Originaux ou high tech, ils restent des médias très efficaces pour prospecter et communiquer à l’échelle locale.

Voici 3 exemples d’outils à utiliser pour se démarquer :

supports publicitaires print

La publicité-pizza : une publicité qui offre un excellent ROI

Alors que près de 9 Français sur 10 consomme de la pizza à domicile, le carton à pizza est un support idéal pour communiquer tout en créant une relation de proximité avec sa cible. 

Il peut d’ailleurs être judicieux de programmer une campagne lors de grands événements sportifs : posée sur la table basse devant la télévision, la pizza (et son carton !) sera au centre de tous les regards sur une longue période.

Le ROI est au rendez-vous puisque 94% des personnes mémorisent la publicité sur la boîte et 80% peuvent citer la marque (source).  En prime, cette publicité print est en carton, un support plus écologique

Prospectus digitalisés : des supports publicitaires qui intègrent la réalité augmentée

prospectus digitalisé

Pour Castorama, le prospectus digitalisé doit apporter une réelle plus-value aux clients. L’enseigne a donc imaginé récemment un filtre de réalité augmentée (source) qui permet aux clients de positionner et de visualiser des cloisons mobiles dans leur intérieur.

En quelques clics, les clients peuvent ainsi créer en ligne leur futur petit bureau. Ils accèdent ensuite au e-commerce pour passer commande.  Selon Romain Rouleau, Directeur marketing & digital France pour Kingfisher (maison mère de Castorama), cette campagne a boosté le taux de conversion pour ces produits habituellement difficile à vendre en ligne. 

Flyers & documents commerciaux : ajouter de la vidéo pour moderniser la communication 

Les supports imprimés deviennent interactifs ! Grâce à l’application “Moments”, les clients peuvent “scanner” une image qui va alors s’animer avec une vidéo

Cette innovation française, lancée en 2021 par une jeune pousse bretonne, a déjà été testée avec succès par plusieurs entreprises de Vannes. Ce support peut être intéressant pour marquer les esprits et moderniser en même temps l’image de votre entreprise. 

Bon à savoir : cette technologie peut aussi être utilisée pour insérer des liens et donc permettre un accès immédiat à votre site web, votre boutique en ligne, vos réseaux sociaux…

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous déjà testé certains de ces supports publicitaires ? 

 

La PLV écologique, un outil pour valoriser votre image de marque

L’image de marque de votre entreprise peut être améliorée grâce au choix des supports de promotion sur le lieu de vente (PLV) que vous allez faire.

L’idée n’est pas seulement de vendre des produits. Il faut aussi véhiculer un message fort à vos clients, partenaires et contacts.  Par exemple, avec de la PLV high tech (réalité augmentée, écrans interactifs), vous allez insuffler une touche de modernité à votre entreprise.

Pourtant, il n’y a pas besoin d’investir dans une technologie coûteuse pour avoir une image de marque positive et fédératrice. Il y a un autre levier sur lequel vous pouvez vous appuyer : la PLV éco-responsable (carton, bois, papier…). 

image de marque et PLV

Stop-rayon en carton chez Auchan

Incarnez votre image de marque de A à Z

A l’heure de l’urgence climatique et de la prise de conscience environnementale des consommateurs, il est important d’afficher un engagement éco-responsable authentique et cohérent. Tous les leviers marketing utilisés doivent donc s’inscrire dans une stratégie de communication globale.

La PLV est aussi une composante de votre image de marque, elle va venir renforcer votre positionnement.

Un exemple : l’hypermarché Auchan Les Hunaudières, au Mans (voir ici).  Pour créer une réelle proximité avec ses clients, le magasin mise sur un design épuré et lumineux, mais aussi sur une PLV responsable. Elle est ainsi essentiellement en bois ou en carton recyclé, et sa présence est plus discrète. Fini les couleurs criardes et tape-à-l-oeil, l’accent a été mis sur la sobriété et les teintes neutres. 

Un autre exemple (source) : le département de la Mayenne, qui accueille le tour de France, prévoit de placer des bâches imprimées sur les barrières de sécurité. Là encore, pour donner une image de marque moderne, et donc en phase avec les enjeux actuels, la protection de la planète est une priorité. Les techniques utilisées sont “écofriendly” : tissu polyester recyclé, encres sans additifs chimiques….  Le but est de tendre vers la neutralité carbone et le zéro déchet. 

Il peut d’ailleurs être intéressant de souligner la dimension écologique de votre PLV quand vous envoyez un communiqué de presse aux journalistes. Vous renforcerez ainsi la crédibilité de votre entreprise.

Live shopping : le téléshopping “nouvelle génération”

Le téléachat, rendu populaire avec l’émission “Téléshopping” de TF1, vit une deuxième jeunesse grâce aux réseaux sociaux. On parle désormais de “live shopping”, mais la logique est la même : une démonstration produit, en direct, pour inciter à acheter.

En Chine, ce marché devrait dépasser les 154 milliards de dollars (source). En France, les marques investissent massivement dans ce nouveau format

Les premières études attestent de l’enthousiasme des consommateurs pour ce concept. Ils sont 28% à vouloir utiliser le live shopping dans les 6 prochains mois (source), même s’ils ne sont actuellement que 3% à avoir franchi le cap. De plus, parmi les moins de 25 ans, près de 7 femmes sur 10 considèrent qu’il s’agit d’un mode d’achat innovant.

Ainsi, c’est un format à suivre !

live shopping

Le live shopping : un support avec un maximum d’interactivité

L’intérêt de ce nouveau média est de créer un réel lien avec les clients.

D’abord grâce au direct, qui donne une dimension événementielle à la présentation des produits. Il est d’ailleurs fréquent de voir un influenceur présenter ce type d’opération. Pour pousser à l’achat, il est aussi fréquent de proposer des produits en avant-première ou d’offrir des promotions exclusives.

De plus, le live shopping permet de “surfer” sur les temps forts marketing de l’année.  Par exemple, Carrefour a profité de l’Euro 2021 de football pour vendre des téléviseurs, des enceintes ou des écouteurs (source). 

Ensuite, les sessions peuvent aussi rester accessibles en replay, ce qui permet de toucher une large audience.  Le contenu est alors partagé, ce qui alimente le bouche à oreilles.  Fanny Bénéteau, directrice stratégique chez OP1C, conseille de bien choisir sa plateforme de diffusion, par exemple en privilégiant TikTok ou Youtube si la cible est visée est jeune. Facebook et Instagram sont plus appropriés pour les enseignes grand public (source). 

Enfin, autre avantage et non des moindres, cette approche permet de lever immédiatement les éventuels blocages des acheteurs. Pendant le live, ils peuvent poser leurs questions sur les réseaux sociaux, et donc recevoir immédiatement une réponse, des conseils et même des retours d’expérience.  Il est donc beaucoup plus facile de les inciter à commander !

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous déjà tenté l’expérience du live shopping ? 

 

Tendance marketing : les marques passent au recyclage

Tendance marketing, engagement sincère, volonté de respecter des obligations RSE ou de la future loi anti-gaspillage  ? Dans tous les cas, un constat s’impose : les grandes marques sont de plus en plus nombreuses à communiquer sur leur pratiques éco-responsables.

Même s’il s’agit parfois de greenwashing, cette nouvelle attitude témoigne d’une prise de conscience des attentes des consommateurs.

En effet, à l’heure de l’urgence climatique et de la crise sanitaire, ces derniers veulent faire des emplettes en adéquation avec leurs valeurs. Ainsi, 67% des Européens achètent des produits meilleurs pour l’environnement, même s’ils sont plus chers (source). 

A leur échelle, les commerçants et les e-commerçants, même les plus petits, ont donc aussi intérêt à agir pour lancer des initiatives “éco-friendly” qui feront sens pour leurs clients.  L’idée est de mixer des actions écologiques (ex : utiliser de la PLV en carton) et d’autres qui sont davantage dans une dynamique “économie circulaire”.

Voici quelques exemples d’actions de Collecte et de Recyclage mises en place récemment :

tendance-marketing

Mattel veut recycler les poupées Barbie

Le marché du jouet, nullement impacté par la crise sanitaire (source), est souvent pointé du doigt pour le gaspillage qu’il génère. 120 000 tonnes finissent ainsi à la poubelle chaque année en France…

Les Barbie n’échappent pas à la règle, ni les autres jouets Mattel. La marque américaine réagit à ce problème en lançant le programme “Mattel PlayBack”. Cette opération de collecte, gratuite pour les particuliers, va permettre de récupérer les poupées Barbie,  petites voitures Matchbox et jeux de construction Mega. 

Les jouets seront ensuite recyclés par l’organisme TerraCycle. Ils vont devenir de petits granulés de plastique puis donner naissance à de nouveaux objets (ex : bancs urbains).  En parallèle, Mattel travaille aussi à la conception de jouets éco-conçus. 

D’autres illustrations de cette tendance marketing très “green”

  • Hasbro, également en partenariat avec TerraCycle, collecte et recycle le jeu de société Monopoly et puissance 4, ainsi que le jouet Mon Petit Poney. 
  • L’Oréal a installé 330 bornes de collecte TerraCycle dans les magasins Carrefour. Avec un objectif : encourager le recyclage des emballages de maquillage (source).
  • Maître Coq a déployé 44 points de collecte dans les entreprises, les établissements scolaires et les locaux associatifs. Tous ses emballages de volaille pourront ainsi être recyclés (source) ;
  • Cristaline recycle ses bouteilles en plastique, qui sont collectées dans les Haut de France via des Ecobox implantées chez Lidl (source).
  • Orange renforce sa démarche de collecte de mobiles en lançant le programme “Re” (source).

Et vous ? Avez-vous lancé des opérations “recyclage” dans le cadre de votre activité professionnelle ?