Stop-rayon “nouvelle génération” : désormais, c’est le produit qui bouge !

Il y a le stop-rayon classique, celui qui est utilisé dans tous les magasins et dont l’efficacité n’est plus à démontrer.

Mais désormais, il y a aussi…le produit qui s’anime tout seul ! Cette technologie fait beaucoup de bruit sur les réseaux sociaux : les vidéos qui montrent cette innovation sont devenues virales.

Imaginez : un client passe dans un rayon et c’est une boite de biscuit qui l’interpelle pour l’inciter à l’acheter ! Le directeur commercial de l’agence de publicité Optimark estime (source) que les ventes peuvent augmenter jusqu’à +150% en fonction des produits (contre +20% avec les supports PLV classiques). 

Zoom sur une PLV dynamique qui n’a pas fini de faire parler d’elle. 

Un support qui réinvente le stop-rayon

Ce robot, déjà déployé dans plusieurs pays, permet de réaliser des campagnes personnalisées.  Il est notamment possible de modifier le volume, sonore, de choisir la distance à laquelle il s’enclenche ou encore le temps d’attente avant de l’activer.

Ce petit boitier présente aussi l’avantage d’être durable. Il peut ainsi être utilisé pour de nombreux produits et campagnes, et conservé dans le temps. Il n’y a donc plus besoin de jeter les supports des campagnes après quelques semaines (ce qui est le cas avec les stop-rayons ou kakémonos classiques).

Plusieurs marques de la grande distribution ont récemment utilisé ce nouvel outil  : Ferrero et les Kinder CéréAlé, Le Chat, Président…

stop-rayon

Avant de généraliser l’utilisation de ces boitiers, il faut toutefois réfléchir à la mise en place d’une stratégie marketing pertinente tant pour les marques que pour les enseignes. Le risque majeur ? Banaliser cette technologie, ce qui pourrait avoir pour effet de lasser, voire d’irriter les consommateurs.

LIRE AUSSI  PLV : les animations en magasin et le public, l'impact des promotions, les objets publicitaires écologiques

L’objectif doit être de créer la surprise, d’attirer le regard, sans agacer. Il faut donc trouver le bon dosage pour ne pas déclencher une réaction de rejet.  L’enjeu est d’autant plus important que la fréquentation des hypermarchés est en net recul (source) et que les Français sont aussi de plus en plus nombreux à utiliser le Drive. Il ne faudrait donc pas faire fuir les clients avec une publicité jugée trop intrusive !

Et vous, qu’en pensez-vous ?